Sarkozy : La France à l'heure des comptes

Publié le par Achille

M.Nicolas Sarkozy sera-t-il le premier président à faire descendre les français  dans la rue pour cause d’inquiétude face à la paupérisation qui gagne du terrain jour après jour ?

Toujours est-il que selon un sondage paru ce vendredi dans Le Parisien, le pouvoir d’achat s’affiche en tête des préoccupations de la population, devant le chômage ou l’avenir des retraites. Une nouveauté statistique.

    Eloquent :  71% des français, selon le même sondage, ne font pas confiance au gouvernement pour fournir des réponses à l’amaigrissement terrifiant de leur porte-monnaie et jugent inefficaces les mesures sarkoziennes de relance. Visiblement le paquet fiscal, les exonérations de charges, les vraies-fausses heures supplémentaires (toutes deux clé de voûte du slogan désormais aussi célèbre que discutable « travailler plus pour gagner plus ») peinent non seulement à convaincre et réunir, mais sonnent le glas de l’état de grâce dont semblait jouir notre hyper-président.

    Le panier de la ménagère est de plus en plus léger tandis que les hausses se succèdent quotidiennement à un rythme endiablé : pain, lait, fruits et légumes (dont nous devons pourtant faire grande consommation afin de nous maintenir en bonne santé et éviter de grever plus avant nos pauvres budgets domestiques du fait de la très « équitable » franchise médicale) et énergie (carburants, gaz, électricité). Et on frémit à écouter les experts qui prédisent en tremblant que nous n’avons encore rien vu  et annoncent une hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité pour le premier semestre 2008…

    Du coup, notre président à tout faire se déploie sur les fronts de la grogne hexagonale et doit - entre le Tchad et les Etats-Unis - aller calmer lui-même l’ire des marins-pêcheurs bretons devant la montée des prix du fuel.

 

                                                     Commediante, commediante

 

    Manque de pot, à peine les promesses formulées à l’adresse de nos loups de mer, que celles-ci se voient retoquées par Bruxelles au motif qu’elles introduisent des distorsions de concurrence. C’était peut-être à prévoir, non ? De même que la validité des facilités promises entre deux tours d’élections présidentielles sur les crédits d’emprunt immobiliers  face au Conseil Constitutionnel….Commediante, Commediante !!!

    Au total, tout cela commence à ne pas faire pas très sérieux pour quelqu’un qui a basé son image « marketing » sur une omni-compétence.

    D’autant que sur le plan de réformes, il n’y a pas de quoi pavoiser. Le moins que l’on puisse dire est que la réforme de la carte judiciaire que notre sympathique garde des Sceaux (voir detoxinfo du 6 novembre2007) tente de faire passer coûte que coûte, défiant à la fois les lois de la raison,de l’économie et  celles…. du clientélisme électoral, a du mal à trouver ses marques. Voire le moindre soutien.

   Dernier en date à lâcher la locataire de la Chancellerie : le vice-président de l’UMP, Pierre Méhaignerie. Ce dernier invite dare-dare Rachida Dati à réaliser « une étude d’impact et de propective » sur sa réforme qui « pose des problèmes ». C’est sûr, surtout lorsque l’on voit la bobine des  parlementaires de la majorité face aux prévisibles retombées de la-dite réforme à quelques mois des municipales….

  Si on ajoute à ce détonnant mélange la franche adhésion que suscite la réforme Pécresse des universités et la folle semaine que concocte les syndicats contre la refonte des régimes spéciaux de retraites, notre hyper-président devrait peut-être songer à déléguer et laisser sortir son premier ministre de Matignon. Non seulement pour qu’il puisse prendre l’air et faire rire jaune, lui aussi, mais aussi pour qu’il puisse commencer à prendre les coups à sa place.

                                                                                            Achille

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

André 24/11/2007 14:53

Alors?

orchidee 10/11/2007 21:48

Les Français craquent ... Et le Président s' augmente !Une formidable augmentation de salaire de + 140 % .En attendant , les prix flambent et les salaires , eux , Stagnent ; Il y a certes un véritable mouvement de paupérisation!Il faudrait alléger les charges ,afin que l'on augmente les salaires ...Il faudrait empecher ou bloquer certaines hausses des prix abusives.L'heure de vérité, Nous nous trainons.!!!!