LA TURQUIE MET LES VOILES A L'UNIVERSITE, ATTENTION A LA DERIVE

Publié le par Achille

Le Parlement turc vient de modifier la constitution afin de permettre le port du voile à l’université, ce qui était fermement interdit dans le pays depuis 10 ans.

    Cette modification intervient un an après la décision du Parlement européen, concernant la Turquie, selon laquelle interdire l’accès au travail à une femme sous prétexte qu’elle est voilée relève de la discrimination. Reste qu’en suivant la recommandation de Bruxelles pour l’université, Ankara prend le risque de jeter le voile sur les autres pans de la vie sociale turque. Et de mettre sans dessus-dessous, si besoin en était, les relations entre les diverses communautés du pays.

   Sans plus attendre, l’initiative du Parlement turc a soulevé la bronca et d’importantes manifestations de protestation se sont immédiatement déroulées dans la capitale ainsi que dans d’autres villes de la Turquie laïque fondée par Mustafa Kemal Atatürk.

    L’opposition kémaliste, dirigée par Deniz Baykal, craint en effet que cette légalisation  ne fasse qu’accroître le malaise entre laïcs et fondamentalistes dans tous le pays et que rapidement le port du voile soit étendu à l’administration, qui embauchera les nouvelles diplômées, puis aux lycées.

     Cette réforme, selon l’opposition,  donne au  pays une direction toute particulière alors que la Turquie frappe à la porte de la Communauté européenne et que la réforme générale de sa constitution promet plus de démocratie. Les opposants vont donc aller la contester devant la Cour constitutionnelle turque. Cette dernière apparaît désormais comme leur dernier espoir de faire plier les voiles.

 

                                La première dame turque porte le voile

    De son côté, le Parti de la Justice et du développement  (AKP, issu de la mouvance islamiste), qui avait proposé de réviser la constitution, estime que l’interdiction du voile portait atteinte à la liberté de conscience et au droit à l‘éducation. Détail qui a son importance : l’épouse du président de la République, Abdullah Gül , est une grande adepte du voile islamique.

     Cette interdiction datait initialement de 1980 mais avait été considérablement resserrée en 1997 lorsque l’armée avait poussé à la démission un gouvernement qu’elle jugeait trop marqué par l’islam politique.

     Les recteurs d’université, opposants laïcs notoires au gouvernement Gül, sont montés au créneau devant la levée de l’interdiction du port du voile. Ils ont fait valoir un arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme déboutant les postulantes au port du voile au sein des universités. Mais  le président de la République les a enjoint brutalement de « s’occuper de leurs affaires ».

La vindicte d’Abdullah Gül n’empêche pas la complexité de la problématique posée par le port du voile. Il est clair, d’une part, que les craintes de voir petit à petit le voile imposé par un pouvoir qui tire ses forces des idées fondamentalistes, sont réelles.

    Interrogée par Radio France Internationale, Aysel, une jeune puéricultrice, insiste sur l’importance de « la séparation des affaires religieuses et celles de l’Etat ». Elle se dit très attachée au fait que rien ne doit être imposé. « Si vous voulez le mettre, vous le mettez et cela ne doit vous priver de rien. Si vous ne le portez pas, on ne doit pas vous y forcer », ajoute-t-elle. Il ne reste plus, pour les amateurs de grand air, qu’à espérer que la jeune femme soit entendue.

   D’autre part, certaines turques, comme l’avocate Fatma Benli (qui n’a jamais pu exercer jusqu’à présent parce qu’elle porte le voile) souligne que depuis 10 ans « ce sont 100.000 jeunes filles qui n’ont pas pu étudier ! ». Mais pour elle, l’abolition de l’interdiction n’est pas suffisante : « la liberté de travailler est tout autant un droit fondamental que celle d’enseigner, on ne peut pas scinder la vie d’un être humain en deux ». Ce qui laisse entrevoir la réalité de la détermination de son courant. Et de la probable dérive générale qui emporterait la laïcité de la Turquie moderne.

                        

                                                  Achille
Allez aussi sur : www.detoxinfo.fr

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article