ISRAEL PEUT-IL EVITER DE DEVENIR SON PROPRE BOURREAU ?

Publié le par Achille

L’attentat du 6 mars dans l’école talmudique de Jérusalem Mercaz Harav, célèbre pour avoir été le berceau du Goush Emounim (le Bloc de la Foi) après la guerre des Six jours, est au plus haut point condamnable. Il est à l’image d’une montée des périls devenue, sans doute, irréversible au Proche-Orient. Dont la situation catastrophique de la bande de Gaza est un nœud gordien.

     L’atrocité intervient après les actes suicides d’Eilat en janvier 2007 et d’Hebron le mois dernier. Le récent attentat, le premier dans l’enceinte de Jérusalem-Ouest depuis quatre ans, a touché le cœur même des structures du sionisme religieux en faisant huit morts parmi les étudiants d’une emblématique « yeshiva », réputée pour être le fer de lance de la colonisation juive de Cisjordanie.

     C’est un groupe arabe, les Kataëb Ahrar El-Jalil ( les Brigades des hommes libres de Galilée – Groupe du martyr Imad Mougnieh et les martyrs de Gaza) qui a revendiqué l’attaque auprès de la chaîne de télévision du Hezbollah, Al Manar, à Beyrouth.

     Alaa Hicham Abou Dheim , l’homme qui a ouvert le feu sur les étudiants à l’aide d’une Kalachnikov, était titulaire d’une carte d’identité israélienne. Il  pouvait donc se déplacer sans problème dans l’ensemble du territoire. Le mossad n’est sans doute plus ce qu’il était…

     L’attentat est intervenu au lendemain d’une visite de la secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice. Cette dernière était  parvenue à obtenir de la part du président Mahmoud Abbas  une promesse de reprise des négociations avec Israël…Tout le problème réside dans la représentativité réelle du « leader » palestinien.

    A la porte de l’école talmudique, après l’attentat, la foule a scandé « Vengeance ! » ou « A mort les arabes ! ». Le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, a estimé que « ce qui s’est passé prouve que l’Autorité palestinienne ne combat pas suffisamment la terreur ». Mais en a-t-elle encore les moyens ? Et ceux-ci, si il existaient pourraient-ils être indépendants du pouvoir de Jérusalem ? Olmert a ajouté que son pays « ne va pas faire la paix avec de tels évènements ».

    Critiquant la faiblesse, selon lui, du premier ministre, le rabbin de Mercaz Harav, Yacov Shapira, a exhorté ses fidèles à un « vrai leadership (d’Israël) plus fort et plus croyant ».

 

                                     Espoirs de paix anéantis

     De l’autre côté, Sami Abou Zhouri, porte-parole du Hamas (rival islamiste de l’OLP) a déclaré que son organisation « apportait sa bénédiction à l’opération héroïque de Jérusalem, qui est une réaction naturelle au massacre commis par les sionistes ».

     Dans un rapport publié le jour de la fusillade, huit ONG, dont Amnesty International et Oxfam, ont estimé que « la situation des 1,5 million de palestiniens de la bande de Gaza est la pire depuis l’occupation militaire israélienne de 1967 ».   « Si le blocus ne cesse pas immédiatement, il sera impossible d’éviter qu’une catastrophe ne survienne (…) et les espoirs de paix dans la région seront anéantis », estime Geoffrey Dennis, responsable de Care International.

    Dans cette zone, le nombre de familles gagnant moins de 80 centimes d’euros par jour est passé de 55% à 70% tandis que 95% de l’activité industrielle ont été stoppés. Le taux de chômage y est de 40% et devrait, selon l’ONU, passer bientôt à 50%. La situation sanitaire est également effroyable. Selon Oxfam, 40 à 50 millions d’eaux usées sont déversées quotidiennement dans la Méditerranée du fait de la dégradation des égouts. Le nombre de permis octroyés aux malades pour sortir de Gaza afin de se faire soigner s’est réduit de près de 20% au long de l’année 2007.

   Il est clair que sans une sortie honorable de cet impasse, toute chance d’un retour à un semblant d’équilibre dans la région est voué à l’échec. Israéliens et Palestiniens doivent donc trouver comment résoudre l’équation de leurs extrémismes pour sauver ce qu’ils peuvent espérer de leur avenir.

 

                                                    Achille et Virgil

  

 

 

Publié dans monde

Commenter cet article