REPORTAGE : CA CHAUFFE AU TIBET A L’APPROCHE DES JO DE PEKIN

Publié le par Achille

L’un des plus grands marchés de Lhassa était en flammes vendredi matin après de violentes émeutes opposant les forces de l’ordre et des moines (guerriers, visiblement) bien décidés à faire parler de leur revendications d’autonomie du Tibet à quelques mois de l’ouverture de JO de Pékin.

    Délaissant un temps leurs pratiques pacifistes, les moines en font voir de toutes les couleurs, pas seulement ocre ou safran, aux pandores à la solde des chinois. Il ont réussi à foutre le feu à un car de CRS locaux, ce qui fera très bien sur les photos.

   Les moines, du vénérable monastère de Ramoche, soucieux de leur liberté de culte bouddhiste, se sont retrouvés face à la police en organisant une petite manif à laquelle se sont ralliés des centaines de tibétains.

    Très vite le marché de Tromsikhang s’est retrouvé en feu et une colonne de fumée était visible par des témoins quelque peu effrayés par la tournure des évènements. « Les tibétains combattent les Han, c’est très dangereux », disait un résidant de Lhassa en marge des affrontements. Le marché est composé de boutiques appartenant à des tibétains mais aussi à des chinois de l’ethnie Han et à des Hui de religion musulmane.

   Selon certaines sources, les autorités chinoises auraient décrété l’état d’urgence dans la capitale tibétaine, mais ceci n’a pas été encore officiellement confirmé.

 

              GREVE DE LA FAIM, ARRESTATIONS ET TORTURES

    Plus tôt dans la semaine, les moines du monastère de Drepung ont organisé une marche sur Lhassa, suivis par ceux de Sera et Ganden, situés aux environs de la capitale. Les chinois, peuplade sensible à tous propos contre la justesse et l’équité de sa gestion, ont bouclé les trois sanctuaires interdisant aux touristes d’aller entamer toute discussion gênante avec les moines.  

     A Sera, selon International Campaign of Tibet, organisation basée à Washington, les moines ont commencé une grève de la faim tandis que l’on craint arrestations et tortures pour les trois monastères. Déjà, il y aurait eu des tentatives de suicides parmi les moines de Drepung. Tout cela ne va pas plaire au fantôme de Pierre de Coubertin, c’est sûr.

    La semaine dernière, lors d’un concert à Shanghai, la chanteuse islandaise Björk, a scandé le nom du Tibet. Ce qui pousse Pékin à renforcer le contrôle sur les artistes étrangers sur son territoire et, sans doute, à revoir sa politique de communication sur les JO.

    Lundi, le Dalaï Lama chef spirituel du Tibet, en exil depuis 49 ans, est sorti de sa réserve habituelle. Il a  condamné, des « violations des droits de l’homme » de la Chine « « dans des proportions « énormes et inimaginables » allant jusqu’à « la négation de la liberté religieuse ». C’est « la première fois que le prix Nobel de la Paix s’exprime dans des termes aussi forts », déclare un expert du Tibet contacté par detoxinfo.fr.

      Il voudrait ternir la liesse de « l’évènement sportif planétaire », comme le dit Pékin, qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Reste que les chinois ont reservé un sort terrible , à un garçon, sensément la réincarnation du Panchen Lama, deuxième chef spirituel après le Dalaï Lama et reconnu par ce dernier. Il a été arrêté en mai 1995 et a, ou aurait, maintenant 19 ans . La même année, un "autre " Panchen Lama, Gyaltsen Norbu, avait été « nommé » par le PC Chinois. Comme quoi les « superstitions » ont la vie dure.

 

   Achille, reportage de Blondin, correspondant Asie-Pacifique avec GH à Washington pour detoxinfo.fr

   

  

Publié dans monde

Commenter cet article