Tibet : Les coquins et les copains chinois du Comité International Olympique

Publié le par Achille

La communauté sportive doit impérativement trouver le moyen de manifester clairement son soutien inconditionnel à la restauration et au maintien des droits de l’Homme au Tibet à l’occasion des JO de Pékin.

      Les membres du Comité International Olympique, en choisissant la Chine en toute connaissance des pratiques incompatibles de Pékin avec l’esprit de Pierre de Coubertin, se sont mis sciemment et seuls dans l’impasse.  Reste que ce n’est sans doute pas aux athlètes à payer l’incompétence manifeste des « administratifs » et l’absence d’un bon sens basique politique du CIO.

                                                  Récompensés

    En revanche, chacun notera que le Comité de vieillards n’a certainement pas, au moment de son choix,  perdu de vue l’intérêt qu’il y a  à traiter avec celui qui devient, jour après jour, la première puissance économique mondiale. C’est fou ce que les chinois sont gentils avec ceux qui leur mangent dans la main. Comme le disait le regretté Michel Audiard « l’artiste est toujours récompensé ». Nous n’en dirons pas plus…

   Alors quelle solution ? Les propositions avancées ses derniers jours peuvent apparaître futiles mais ne sont pas forcément dénuées de sens. Le ruban vert que suggère de porter Romain Mesnil, vice-champion d’Europe et du Monde de la perche, à tous les participants des JO pourrait être faire l’effet d’un joli furoncle sur le nez des dirigeants chinois.

    D’ailleurs, le CIO s’est empressé de déclarer qu’une telle action est contraire « à la charte Olympique » qui veut que « aucune sorte de démonstration de propagande politique religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ». Tiens donc… Il fallait sans doute le dire à Adolf Hitler ou à Leonid Brejnev.

     Pas de ruban ? D’accord ! Alors que tous les athlètes s’habillent en vert, ce n’est pas interdit ? Cela cachera peut-être aussi tous les logos et autres fantaisies publicitaires qui fleurissent sur nos dieux du stade sans que le CIO n’y ai jamais rien trouver à redire.

 

                                                Achille / detoxinfo.fr 

 

Publié dans monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article