Suisse : Toutes les routes, même lugubres, mènent au bordel

Publié le par Achille

Nos amis suisses sont de tous les paradoxes. L’association Dignitas, d’aide au suicide, a du quitter Zurich car ses voisins se plaignaient de voir de nombreux cercueils emprunter l’ascenseur commun pour rejoindre leur lieux d’inhumation. Du coup, Dignitas s’est choisi de nouveaux locaux, avec monte charge, dans une zone industrielle à Schwerzenbach, tout à côté de la plus grande maison de « plaisirs » des cantons suisses.

      Mais problème : les édiles locaux ne voulaient pas de publicité autour de cette étrange cohabitation entre une « usine de mort » et un rose établissement (qui ramène au passage une somme rondelette en taxe professionnelle). Dignitas n’a pas de pancarte signalant sa présence.

   Résultat, les candidats au suicide qui se perdent demandent leur chemin à la sex-shop/maison close. Le porte-parole de la neutre municipalité a déclaré au correspondant de « The Observer » que c’est bien pratique car « comme chaque jour il y a 300 clients qui vont au bordel, il y a toujours quelqu’un pour vous renseigner ». Ou vous redonner goût à l'existence.

 

                                      detoxinfo.fr

Publié dans sociologie

Commenter cet article

jojo 25/03/2008 18:00

ces suisses sont vraiment imbattable...
comme disait coluche.. si on trouve un vrai con en suisse... c'est un belge...