Richard Widmark tourne au paradis

Publié le par Achille

       Richard Widmark est mort  lundi dernier, à 94 ans.
On ne lui dira plus : "Relève-toi, eh, on la refait !". Les moteurs 
sont coupés.
    Pourtant, on l'a vu mourir bien des fois; oui, mais on savait que 
c'était pour de faux. On se disait qu'on le verrait dans un autre film, noir, bien noir,  comme on les aime : dans "Kith of Death" ("Carrefour de la mort"), de 
Henry Hathaway (1947), ou dans le mythique "Pickup on South 
Street" ("le Port de la drogue"), de Samuel Fuller (1953).
    Dans les années 80, Antenne 2 osait une vraie émission cinéphile :  
"Cinéma Cinémas", d'Anne Andreu, Michel Boujut et Claude Ventura. Ici 
pas de promo, rien à vendre.
    Que de la réflexion, du savoir, de la  pédagogie, de la découverte. Bref, c'était l'époque où le service  public remplissait son rôle. Dans "Cinéma Cinémas", chaque séquence  était entrecoupée, entre autres, par le regard méchant d'un Richard  Widmark  inquiétant. Internet n'existait pas. Les DVD non plus.  C'était à peine le début des VHS, et les magnétoscopes étaient taxés à  33,33 % , la TVA des produits de luxe.  Il nous fallait des semaines 
pour trouver le film dont on avait vu l'extrait la veille sur Antenne 
2. On faisait même des concours au lycée ! On se retrouvait  dans les cinés parisien : le  "Champo" ou au "Saint-André des Arts", où était exhumée 
une copie à peu près regardable. Et on était heureux quand on 
reconnaissait LA séquence...
    Aujourd'hui Internet (on y retrouve quand même detoxinfo.fr…), mondialisation, bandes-annonces, vente, produit,  marketing, tête de gondole, grandes surfaces... le cinéma est comme  une denrée périssable.
    Allez, à bientôt Richard, tu peux te reposer maintenant. Tes 75 films 
t'ont immortalisé. Je t'imagine au firmament des étoiles : Marilyn est 
là. Tu t'approches, hagard. Et elle te balance un  :  "Troublez-moi ce soir"...
Sacré veinard, va !

 

                               AP / detoxinfo.fr

Publié dans culture

Commenter cet article