Sarko s’entend amicalement avec les anglais. Mais il y a le Dalaï Lama

Publié le par Achille

Il n’y aurait pas cet empêcheur de se congratuler en rond de Dalaï Lama,  ce serait plus que l’entente amicale : l’amour parfait entre Londres et Paris. Mais voilà, il y a le Tibet. Et la perfide Albion n’est pas prête à mettre de côté ses petits accords entre amis avec Pékin.

     Sarko, lui, a le cul entre deux chaises : il veut aussi faire des affaires mais il a compris  que l’opinion française l’attend au tournant, et pas qu’un peu, après l’assourdissant silence initial de l’Elysée et de Bernard Kouchner sur le dossier tibétain.

   Le « french président » botte en touche et indique qu’il doit prendre la température de l’Europe (dont il sera bientôt président) sur l’attitude à adopter pour la cérémonie d’ouverture des JO. Cela sera toujours autant de gagné.

     Donc, pas de pot. Pourtant le Petit Nicolas était aux anges après avoir évité les entorses au protocole avec la Queen. Il ne se sentait plus devant les chambres des Lords et des Communes et a proposé même aux anglais de faire des économies d’échelles en organisant en commun les charters de reconduite des sans-papiers. Un nouveau  harmonieux «pas de deux »  franco-anglais après la fermeture, en 2003 (Sarko étant alors premier flic de France) du centre de la Croix Rouge de Sangatte (Pas-de-Calais) en accord avec le gouvernement Blair.

    Une analyse française de l’immigration « extrêmement voisine » de celle du Royaume-Uni, comme celle  de la réforme des institutions internationales et des marchés financiers. Là-dessus français et anglais sont main dans la main. Mais,  malheureusement, il y a le Tibet.

 

                               detoxinfo.fr

   

  

   

  

Publié dans monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article