Livre : Nicolas Sarkozy ou "le triomphe de la vulgarité"

Publié le par Achille

Il venait de faire un effort chez la reine en limitant le bling-bling au "raisonnable". Au côté d’une Carla engoncée dans une veste grise austère à pleurer, le petit Nicolas semblait avoir compris le message : pas de ray ban ou tu passes pour un baltringue. Mais ce sursaut de clairvoyance arrive trop tard, le premier missile est lancé. Il s’intitule Triomphe de la vulgarité.

   Nul doute que l’auteur et philosophe, Marc-Vincent Howlett, a observé de longs mois durant notre pretty man : Sarko à l’Elysée, Sarko à Eurodisney, Sarko aux States et Sarko tout court. De cette contemplation consciencieuse est né un essai philosophico-politique sur le mal qui ronge notre société et magnifié depuis l’arrivée de Sarko Ier à la tête de l’Etat : la vulgarité.

    Du légendaire « Avec Carla c’est du sérieux !», lancé en conférence de presse, aux unes de la presse people, il n’y a qu’un pas, allègrement franchi par un Sarko dopé à l’idée que le pays -voire le monde entier - puisse admirer sa réussite amoureuse, sociale et politique.

    Selon Howlett, l’élection de Sarkozy à la présidence de la République a instauré un « régime de l’impudeur », érigeant cette vulgarité en valeur suprême.

     Le coup du karcher, l’altercation avec les pêcheurs du Guilvinec ou l’épisode du salon de l’agriculture, tout concourt à la mise en place d’un pouvoir grossier, gouailleur, « décomplexé ». La représentation glorieuse de soi est primordiale pour notre petit Nicolas qui n’a toujours pas compris qu’un président qui profère des gros mots ne séduit pas franchement l’opinion. Peu importe, l’exhibition lui permet de jouir de sa splendeur individuelle explique Howlett, et c’est là l’essentiel.

    Et comme il n’existe pas encore de Nicolas Princen préposé à la littérature, Sarko n’aura pas le choix : il devra se plonger tout seul dans ce précieux ouvrage.

                                        LD / detoxinfo.fr

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article