JO : la communauté internationale reste sourde au vacarme des dissidents

Publié le par Achille

« Réprimons plus haut, plus vite, plus fort » : voici visiblement le nouveau slogan que les autorités chinoises semblent décidées à honorer coûte que coûte, au vu et au su d’une communauté internationale impassible, voire en limite de complicité quand il s’agit des organisateurs des JO (cf : detoxinfo.fr du 23/03/2008).

    Alors que la répression sanglante des moines se poursuit au Tibet, Pékin ajoute  naturellement la prison aux tirs contre la foule, et les dissidents politiques se retrouvent, une nouvelle fois, jetés sur la paille humide des cachots. Sans surprise, l’activiste Hu Jia a été condamné, jeudi 3 avril, à trois ans et demi de prison pour « subversion ». Arrêté en décembre 2007, cet opposant a l’indécence de prendre de positions en faveur des droits de l’homme, ce qui est très mal vu dans ces contrées mal desservies par des médias libres.

  Hu Jia l’avait ouvert un peu fort devant le Parlement européen, le 26 novembre dernier, pour dénoncer l’impunité moyenâgeuse dont jouissent les autorités chinoises.
   « C'est ironique que l'un des responsables de l'organisation des Jeux Olympiques soit le chef du Bureau de la Sécurité publique qui est responsable de tant de violations des droits de l'Homme», avait-il fait alors valoir. Sa condamnation survient quelques jours après celle de Yang Chunlin, accusé quant à lui d’avoir fait circuler une pétition intitulée « Nous voulons des droits, pas des jeux ». Pour ce petit écart, Chunlin a été condamné à purger une peine de cinq ans de prison, prouvant ainsi clairement la triste nécessité de sa pétition pamphlétaire.
    En attendant que le régime ait fini de traquer, torturer et tuer ses nombreux opposants, le monde attend, les yeux fermés, ou mi-clos, la « fête » des Jeux.

 

                                             Bok / detoxinfo.fr

 

Publié dans monde

Commenter cet article