Avec la Ligue du Nord, Berlusconi colle une belle droite à l’Italie. Cela promet des moments « difficiles »

Publié le par Achille

En Italie, Silvio Berlusconi devient président du Conseil pour la troisième fois. Fort d’une majorité plus large qu’attendue (47% contre 38% au candidat de gauche Walter Veltroni) et 340 députés (sur 630) à la Chambre, contre 239 pour l’opposition, Berlusconi a annoncé d’emblée la couleur et des « mois difficiles » pour les italiens. On le croit sans peine.

   La victoire du « cavaliere » tient pour partie à son alliance avec la très fédéraliste Ligue du Nord, fondée par Umberto Bossi (8% des voix). Les positions tranchées de la Ligue sur l’immigration, l’économie, la fiscalité ou bien encore l’Europe laissent augurer effectivement de prévisibles « difficultés ». 

 D’ores et déjà Berlusconi a dit vouloir se pencher sans attendre au problème de la moribonde compagnie aérienne Alitalia, hostile qu’il est à une reprise par Air France et pour laquelle, selon lui, les repreneurs italiens se bousculent au portillon. Il entend aussi régler la crise des ordures ménagères à Naples. Comme son cousin Sarko (à ses débuts) il dit s’appuyer pour cela sur un mandat clair. A suivre.

                                          ME à Rome / detoxinfo.fr

Publié dans monde

Commenter cet article