Rachida Dati : La "star" montante va-t-elle se transformer en étoile filante?

Publié le par Achille

Ci-dessous la Une du journal d'Opinions sans pub www.detoxinfo.fr du 5 septembre 2008.

Dans quel sens marche donc la pipolisation du monde politique? La question mérite d'être posée alors que deux affaires secouent le Landerneau. D'un côté "l'affaire Corse" où les relations entre l'hyper président et un acteur (célèbre, au moins) Christian Clavier conduisent à ce qui ressemble à de l'abus de pouvoir caractérisé et de l'autre la pré maternité de la Garde des Sceaux, Rachida Dati dont le timing de l'annonce pourrait bien coïncider à  une sortie "honorable" d'un gouvernement où elle n'a guère convaincu que de son goût pour le vêtement de grand faiseur.

Sarko, on a pu le constater clairement depuis le début de la campagne électorale de 2007, se complaît dans un genre nouveau sous la cinquième République, en compagnie de célébrités de tout poil. Il a fédéré autour de lui un aréopage de ""stars", plus ou moins fraîches, empruntant à notre Johnny national son goût pour les lunettes noires  et à Mireille Mathieu son amour des chants patriotiques.

Rien de moins étonnant, dès lors, que la présidentielle ait ressemblé à une "Star Ac" gériatrique. Nous nous souviendrons de la gêne sur le visage de Fillon, lors du show de la Victoire place de la Concorde, où le sens de la dignité du futur Premier ministre lui faisait se demander ce qu'il foutait là. L'histoire lui a donné raison...

Le vaudeville Nicolas-Cecilia-Richard (NDLR : Attias, le nouveau mari)  débouche sur un remariage spontané du président "célibataire" avec Carla, top singer mais somme toute irréprochable dans son rôle. Baste. Mais cela devient beaucoup plus gênant quand Nic intervient dans les beaux quartiers de l'île de beauté. Incontinent.

Selon Luc Châtel, le porte-parole du gouvernement (entre deux tournées de promotion dans les Centres Leclerc) : le chef de l'État a "indiqué que le fait d'être président de l'Assemblée de Corse ou ami du président de la République ne devait pas entraîner le fait d'avoir moins de droits que les autres citoyens". Ce qui est sûr, c'est que ces particularités leur en donne beaucoup plus. De droits. Vous pourrez en chercher des particuliers en Corse pour qui on songerait à mobiliser une compagnie de CRS afin protéger leurs plates bandes...

Même si, très vite conscient de la boulette, l'Élysée a tenté de faire porter le chapeau à MAM, la sémillante ministre de l'intérieur. Sarko, qui s'était plus ou moins taillé un costard international dans le Caucase, a retrouvé fissa ses oripeaux de pitre franchouillard empêtré dans une polémique qui fleure le copinage à paillettes.

Pour l'élégante Rachida, c'est une autre chanson. L'ex-étoile montante de la politique hexagonale pourrait bien se transformer en étoile filante. Elle est enceinte. Formidable, detoxinfo.fr - qui s'en fout royalement - la félicite néanmoins chaleureusement. Comme elle le dit si bien, "ce n'est pas une maladie". Mais ce qui est plus intéressant c'est la façon dont elle a commencé à s'en servir pour s'assurer de l'affection des foules sentimentales avant ce qui pourrait bien être un dernier tour de piste à la Chancellerie.

La ministre pourtant si propre sur elle, n'est plus en odeur de sainteté. Tant qu'elle était la protégée de Cecilia, l'Élysée la paraît de toutes les vertus. Mais les temps ont un poil changé et l'incompétence criarde de la Garde des Sceaux ne font plus rire que les parlementaires mais commencent à sérieusement à démanger l'Élysée. Au point qu'elle a été exclue sans ménagement du "G7", le groupe de ministres lèche...vitrines du Petit Nicolas. On chuchote avec insistance qu'elle pourrait se retrouver à Bruxelles, bombardée député européen, aux prochaines élections de juin prochain.

" Je veux rester prudente car ce n'est pas encore consolidé, a déclaré la ministre de justesse, lors d'une conversation informelle rapportée sur le site Le Monde.fr. Je suis encore dans une zone à risques (NDLR : politiquement, c'est peu de le dire...). J'ai 42 ans. J'ai toujours dit que c'était fondamental pour moi. Si c'est consolidé, je serai heureuse et j'aurai l'impression d'avoir bouclé la boucle. Sinon j'en serai très chagrinée, mais je mettrai du rouge à lèvres là-dessus et je porterai ce sac toute seule. " Il est en effet à craindre qu'elle doive se préparer autant à la confection des biberons qu'à une sérieuse traversée du désert.

Et de jouer les sphinx sur l'identité du papa. Rigolo, l'ancien premier ministre espagnol Jose Maria Aznar s'est cru obligé à un démenti.
" J'ai une vie privée compliquée et c'est la limite que je me pose vis-à-vis de la presse. Je ne dirai rien là-dessus", assure Rachida. En meilleure communicante que ministre. Elle est allée à bonne école. N'est-ce pas Sarko qui se félicitait des nombreuses reprises dans la presse sur son "effet kärcher" qui lui permettait d'occuper le terrain médiatique?  Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

Si le quinquennat se termine mal, ils pourront toujours se reconvertir dans l'évènementiel.

Achille /detoxinfo.fr

Publié dans Politique

Commenter cet article