Rachida Dati : du bling bling au flop

Publié le par Achille

www.detoxinfo.fr : satirique, en ligne et sans pub!

Rachida Dati va être le premier garde des Sceaux bling bling à faire flop. Un temps au firmament de la nébuleuse sarkozyenne, elle irrite désormais toutes les entournures politiques. Sa poigne à mettre les magistrats au pas, appréciée initialement, a fini par embarrasser au fil des bévues de l'élégante ministre. Sa prochaine maternité va être l'occasion diplomatique de l'écarter de la place Vendôme au profit du parlement européen après les élections de juin 2009.

La madone des Parquets, dont le parcours à la chancellerie est plus clinquant que brillant, se voit désormais en proie à une fronde déterminée des magistrats et de leurs principaux syndicats, dont le majoritaire Union syndicale des magistrats et Syndicat de la magistrature (NDLR : à gauche).

Ces organisations ont saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour "l'alerter" sur "les attaques contre l'indépendance de l'autorité judiciaire résultant des prises de position" de la garde des Sceaux (de champagne).

"C'est l'indépendance de l'autorité judiciaire qui nous semble fragilisée par les pressions hiérarchiques constantes que fait peser le gouvernement, au travers des parquets, sur la magistrature toute entière", écrivent-ils au CSM.

Partout en France, les magistrats s'inquiètent après l'affaire de Metz qui a mis le feu aux robes. "Cela va trop loin, la ministre outrepasse ses droits et sa pression remet en cause les caractéristiques fondamentales de la justice républicaine", s'insurge une jeune magistrate interrogée par detoxinfo.fr.  "Après le suicide d'un mineur à la maison d'arrêt de Metz (...)  la Garde des sceaux convoque sans délai les parquetiers concernés (et) ces magistrats feront l'objet d'un véritable interrogatoire mené par l'inspection des services judiciaires", expliquent les deux principaux syndicats de la magistrature. D'autant que les suicides pénitentiaires font florès en ce moment...

Pour les autres exactions de Rachida, ressort un inventaire à la Prévert. Les syndicats de magistrats énumèrent : "un magistrat est convoqué à la Chancellerie pour des propos tenus lors de ses réquisitions, au mépris du principe de la liberté de parole à l'audience; des procureurs généraux sont priés par la Garde des sceaux de solliciter des mutations (...); cinq procureurs généraux sont convoqués à la Chancellerie pour rendre des comptes sur les "mauvais résultats" de leur cour d'appel en matière d'application de la loi (sur les peines planchers)".

"Ces différentes affaires illustrent les dérives institutionnelles actuelles où le parquet est considéré comme un simple exécutant des injonctions de la Chancellerie", estiment les , vilipendant cette "caporalisation". Rachida Dati avait pourtant prévenu : elle est le patron des parquets. Usés.

Autoritaire plus que compétente, voyante plus que visionnaire, maladroite et maintenant mal à droite, la fulgurante Garde des Sceaux (qui était encore auditrice de justice en 1997 au tribunal de Bobigny) voit chaque jour qui passe l'éloigner de la rampe de lancement pour la rapprocher d'une traversée du désert.

detoxinfo.fr

Publié dans Politique

Commenter cet article