Ciné : W. A peine une mise en Bush d'Oliver Stone

Publié le par Achille

En huit ans de Bush junior nous avons eu le temps de nous apercevoir de pas mal de choses. Que l'homme le plus puissant du monde prend le Pyrée pour un homme et qu'il ne peut pas répondre tout seul à la moindre question d'un journaliste. Que ses "faucons" ont plongé l'humanité dans un conflit aux objectifs incertains et aux résultats peu probants. Que Condoleezza Rice tient plus de la poupée Barbie ayant fauté avec Robot Cop que d'une secrétaire d'État à la dimension internationale.

Le film d'Oliver Stone ne nous éclaire pas beaucoup plus sur l'épatante personnalité du rejeton Bush. On aurait aimé, par exemple, connaître les chemins de traverse qui ont mené le gouverneur du Texas à la Maison Blanche. Voie sans doute trouble et épineuse. On s'en doute mais cela s'arrêtera là.

Alors il faut se contenter du conflit entre les Bush père et fils. Le premier homme d'affaires, héros de guerre, icône républicaine le second fêtard, alcolo, amateur de hamburgers et de sandwiches plus que de traités de science politique. Un œdipe masculin mais sans vraiment tuer papa.

Souvent long quand ce n'est vraiment pas la peine, trop court là où cela l'aurait vraiment mérité.

www.detoxinfo.fr

Publié dans culture

Commenter cet article