Domenech, grave, va toucher son indemnité compensatrice de ... congés payés

Publié le par Achille

Aux dernières nouvelles, l’incomparable ex-entraineur de l’équipe de France de football ne sera pas privé de son « indemnité compensatrice de congés payés ». De 340.000 à 500.000 euros. Pff !!! pas 1,5 million comme certains malveillants l’avaient laissé entendre …. 

En effet, mon gars Raymond écoperait d’une faute grave et non d’une faute lourde de la part de son employeur ... Donc, selon ce qu’il nous reste encore du Droit du Travail, la Fédé ne peut pas lui sucrer ses congés payés ...
La loi différencie ainsi les deux fautes :
- Grave : la « gravité empêche la poursuite des relations de travail » ; 
- Lourde : il s’agit d’une faute d’une « gravité exceptionnelle qui révèle l’intention de nuire ».

Et a-t-il nui le Domenech, je vous le demande ?

On ne sait plus trop quand, mais le football fut un sport bel et bon qui rendait souple et fort. Une gymnastique de gentlemen, comme le rugby. Pétri d’amitiés viriles, mais respectueuses, pour lesquelles la nation du bistrot s’enflammait dans une liesse qui s’exportait partout. Comme nos avions ou nos trains. Le tout, à un prix décent. Hélas, toutes ces affaires, d’où qu’on les considère, paraissent très mal parties.

Le pauvre successeur, Laurent Blanc, nous frise déjà le Baby blues. Le jeune papa a été complètement désemparé à la veille de la rencontre des éliminatoires de l’Euro 2012 - date Ô combien fatidique sur bien des plans - pour  trouver un capitaine aux « Bleus » contre la Biélorussie. Mal où ça ? Malouda et de deux (défaites) sinon … toujours rien !

Blanc prend ainsi des Bleus. Mais bon, c’est un nouveau, c’est normal. Au moins, pas de refus de serrer les louches des copains sélectionneurs, de bagarres d’ivrognes analphabètes, d’insultes de fin de soirée chez Madame Claude ou danse du balais (presque rose) chez mamzelle Zahia …. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est déjà ça.
 
LE BOUCHER … DE CHABROL

Le gars Domenech, lui, rien ne lui faisait peur. Déjà, comme joueur, c’était une terreur. Un copain à moi, un footeux marseillais, qui a eu à croiser le bientôt habitué du Pôle Emploi lorsque ce dernier jouait aux Girondins de Bordeaux,  me racontait, il y a peu, qu’ avec « Raymond il fallait des tibias et des chevilles en titane ». C’est simple, le tacle sans retour, c’était sa spécialité. Et puis pas peu fier, le dernier à payer sa tournée, mais pas le dernier à cracher dans le Rhône (il y est né).  Son surnom en tant que joueur parlait tout seul : « le Boucher ». Pourtant pas un grand amateur du cinéma de Claude Chabrol.

Alors, dans une France où les insultes viennent tristement  du plus haut niveau de l’Etat, comment en vouloir à un modeste entraineur qui doit faire tenir tranquille une bande de zigotos lobotomisés qui ne pensent qu’à se battre comme des chiffonniers habillés en Gucci partout sauf là où ils seraient bien venus de le faire ?

Au moment de lui signer son chèque pour qu’il puisse partir aux Canaries avec maman, - hors saison c’est moins cher - Msieur le nouveau Président de la Fédé, alors que vous allez déjà le priver des 10.000 euros par mois qu’il touche encore, pensez-y !

Le monde entier continue de vous (nous) regarder et, par les temps qui courent, il n’a pas l’occasion de se marrer tous les jours.

Achille


Publié dans sport

Commenter cet article