Rentrée scolaire : Formez les rangs ! Mais surtout pas les profs …

Publié le par Achille

Il y a des réformes dont il faut parler pour maintenir le cap dans la tourmente, à tout le moins le faire croire. Il y en a d’autres qui passent comme de silencieuses lettres à la poste. Comme celle qui a amputé mortellement les IUFM (Institut Universitaires de Formation des Maîtres), sale système de gauche qui évitait quand même aux jeunes professeurs de se retrouver « à poil »,  pédagogiquement parlant, devant des élèves de plus en plus faciles à manier…

Jeudi 2 septembre, 12 millions d’élèves vont reprendre le chemin des écoliers afin de faire connaissance avec des profs stagiaires, visiblement pas en très grande forme. Ni en très grande formation.
   
La rentrée fait peur à tout le monde, c‘est bien connu. Il n’y a guère que Luc Chatel, Ministre de l'Education, pour avoir l’âme légère, pratiquant le sport gouvernemental à la mode, mélange de méthode Coué et de « Cover my  ass » (je couvre mes fesses, en anglais) .

 

Il oublie opportunément que cette rentrée va être marquée par le mouvement prévu le 6 septembre (grève la plus précoce de l‘histoire de l‘Education Nationale). Pire : elle aura lieu avant celle du 7, contre la réforme des retraites. Sujets frappés par une « omerta » élyséenne, évidemment.

NEOTITULAIRES

Reste que le corps enseignant pointe, lui, que 16.000 de ses jeunes membres, une paille !, sont jetés dans la fosse aux lions, sans bagages. Mais, pas d’inquiétudes !  Chatel rappelle que ces jeunes recrues, les « néotitulaires », ont bénéficié de « stages ». Enfin, pour les plus chanceux, parce que nombre d’entre eux n’en ont qu’entendu parler à la télé. Qu’ils se rassurent, un vétéran va les « coacher » (c’est à la mode en plus, pfff) jusqu’à ….la Toussaint. Ils pourront donc, dans moins de trois mois, fêter les morts (de trouille et d’épuisement …).

Et Chatel de la ramener « Bac plus cinq, c’est un gage d’excellence académique pour tous nos futurs professeurs ».  Notons, par ailleurs, que les oreilles des infirmières vont être charmées par de tels propos ; elles qui s’escriment pour que leur niveau d’étude (comparable) soit enfin reconnu …

De fait, les IUFM instaurés par Jospin en 1989, qui donnaient jusqu'à deux années aux futurs profs pour se former avec des heures de cours en alternance et un mémoire en fin de parcours, sont tombés au champ de la Réforme à travers la loi Fillon de 2005, dite « d’orientation et de programme pour l’avenir de l’Ecole ». En matière d’avenir, c’est vrai que le Premier (de la classe ??)  en connaît un rayon.

Il s’agissait d’expulser un système officiellement consommateur de budget qui favorisait, mais c’est un détail, l’électorat  traditionnel de gauche, les profs. Chatel le confesse clairement. « Notre école a moins besoin de grand soir que de petits matins quotidiens », dit-il, matois.

Ces petits matins vont être très sportifs, et pas que pour les profs de gym. Comme pour ce « bleu » néotitulaire qui devait éviter, dans son apprentissage, les classes de terminale et le statut de prof principal, peu adaptés à sa verdeur. Pas de chance, on vient de lui coller les deux. Et c’est loin d’être un cas isolé.

Achille
 

Publié dans education

Commenter cet article