Sexe, Mensonges et Tartuferies au pays des Sarkozy

Publié le par Achille

La justice française a momentanément mis un frein aux tartuferies sarkozyennes en permettant la sortie du livre « Cecilia » de notre consoeur Anna Bitton dans laquelle l’ « Ex » se laisser un peu aller au sujet de (son) notre sympathique coureur élyséen.

Qu’importe d’apprendre que, selon l’ex-future impératrice Cecilia, son ancien mari est « un sauteur », « un pingre »,  quelqu’un qui «  n’aime personne pas même ses enfants » qui est « ridicule », ne fait pas « président de la République », possède un « réel problème de comportement » et n’est pas « digne ».

La subjectivité des propos, qu’il faut sans doute apprécier à l’aune de l’expérience personnelle de Cecilia, donne à ces délicatesses le goût amer de la revanche.

 Au mieux,  l’émotion populaire pourra saluer les qualités impressionnantes de résistance de Cécilia qui aura supporté les défauts de son époux aussi longtemps.  Au pire, l’électeur pourra s’interroger sur les capacités d’analyse politique, pourtant autrefois fort vantés ici et là, de l’ex-première dame de France. Cette dernière, tout le monde s’en souvient, a néanmoins  apporté un concours puissant et de la première heure (NDLR : plus ou moins légitime !),  à l’ascension fulgurante du petit Nicolas. Du ministère du Budget à la Présidence en passant par le poste de premier flic de France, pour ne citer que les plus belles étapes, notamment en matière de communication.

Dans les deux cas, nous constatons euphémiquement que la belle, heureuse et sincère stratégie des ex-tourtereaux à pris un sérieux coup dans l’aile et nous pouvons nous interroger, non moins euphémiquement, sur la crédibilité générale de l’occupant de l’Elysée.

                                       Dans les souliers d'Hilary Clinton?
Au delà de ce non-événement politique, sauf à imaginer que Cecilia pourrait à l’avenir chausser les souliers d’Hilary et se présenter à la présidence de la République (NDLR : contre son ex-mari) dans un intéressant - quoique peu probable- remake de campagne à la Star Ac comme celle que nous venons de vivre, un certain nombre de doutes surgissent quant à la sincérité présidentielle.

Que penser, en effet, de la qualité de « candidat du pouvoir d’achat » dont s’est targué à longueur de discours populistes notre grand libérateur, alors qu’il vient de qualifier ce concept d’ « absurde » lors de sa première conférence de presse officielle et devant 600 journalistes ?

Que penser des propos moralisateurs tenus par le même au sujet de la politique de secret entretenue par François Mitterrand sur sa vie privée et sa santé, en son temps jalousement gardé par notre légendaire byzantin ?  Surtout lorsque que l’on apprend, des mois après les faits grâce à des indiscrétions, que le petit Nicolas s’est fait opéré de la gorge dans le plus grand secret quelques jours après l’annonce de son divorce… Ce dernier événement ayant lui-même été masqué opportunément jusqu’à délai de décence après son élection ?. Rappelons que les foules n’apprécient pas plus les candidatures de célibataires que les marchés boursiers ne sont rassurés par la fragile santé d’un président.

Que penser des propos rassurants de campagne du petit Nicolas, selon lesquels les 35 heures ne seraient pas remises en cause, après le pataquès et le repli d’urgence opéré du fait de la bronca suscitée par l’annonce lapidaire de Sarkozy 1er  sur la durée légale du temps de travail ? (cf Detoxinfo du 9 janvier)

Que penser de la grande communauté entre notre président et son fantôme de premier ministre alors que ce dernier s’était fait cruellement remonter les bretelles parce qu’il avait osé qualifié la France « d’Etat en faillite » quelques mois avant que l’hyper président finisse lui-même par avouer en réponse à une question lors de cette mémorable conférence de presse : «Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ? »

 Distinguo subtil sur lequel devront sûrement se pencher les linguistes….Ou les spécialistes des détecteurs de mensonges, chers au pouvoir anglo-saxon tant admiré par le petit Nicolas (cf Detoxinfo du 9 janvier).

Et pendant que les observateurs s’escrimeront pour trouver courage et sincérité dans le discours sarkozyen, notamment dans ses invectives envers  les pêcheurs bretons (cf Detoxinfo du 6 novembre 2007) à l’abri des larges épaules de sa garde prétorienne, ils pourront également interroger les lillois sur la bravoure présidentielle qui a plongé cette semaine leur bonne ville du Nord dans les joies de l’état de siège afin que rien ni personne ne viennent troubler les bons vœux du Petit Nicolas aux Corps constitués.

                                                      Achille  

 

                       

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article